Month: Dezember 2020

Twitter goes crazy with ‚$1 million BTC offer‘ from rapper Megan Thee Stallion

Popular rapper Megan Thee Stallion joined Square’s Cash App to launch a $1 million Bitcoins offer on Twitter.

Cash App, the Bitcoin-compatible payment application from US financial services company Square, has teamed up with Grammy nominated rapper Megan Thee Stallion in a $1 million Bitcoin (BTC) donation.

Megan announced the promotional campaign via Twitter on December 17th. The post has received more than 60,000 hits and 8,800 retuits so far. The rapper encouraged her followers to post „#BITCOINMEG“ to be part of the draw.

The post does not make clear how much BTC each person will receive, saying: „I am giving $1 MILLION in Bitcoin for as many fans as I can. Numerous responses on Twitter show screenshots of the winners, indicating that they received 50,000 satoshis each, worth about US$11.40 at the time of writing this article.

It seems that many of Meg’s followers are unaware of the value of Bitcoin that individual users receive, with responses to her post containing ultrasound images of pregnant babies, links to college application forms, a variety of bad luck stories, and pictures of smiling children gathered by Christmas trees in an attempt to soften the rapper’s heart.

One user claimed to have bought a Tesla after misinterpreting that he would receive $50,000.

Amid cries for help, computer science expert „William Clemente III“ urged Megan’s followers to manipulate their newly discovered satoshis, sharing an image detailing the inflation of German brands for gold in the last century, along with the appeal:

„Don’t convert! The aim of this is to increase the understanding of bitcoin. Dollars are garbage. 30% of all dollars were printed THIS year. On the other hand, the new BTC offer rate cut in half. Bitcoin will grow exponentially against the dollar because it is scarce. ”

The campaign seems to have been successful in its goal of boosting the adoption of Bitcoin and Cash App among those who still do not know the crypto world, with many Megan fans stating that they downloaded Cash App exclusively to participate in the draw and others indicating that they intend to research more about cryptomoedas after receiving their first satoshis.

Les institutions semblent avoir manqué le rallye de Bitcoin pour atteindre un nouveau sommet : Rapport

Les investisseurs institutionnels semblent avoir généralement manqué le rallye de bitcoin vers un nouveau sommet historique de plus de 24 000 dollars, car alors que les investisseurs de détail exploitaient leurs positions longues, les institutions réduisaient les leurs et prenaient des bénéfices.

Selon un rapport publié par OKEx Insight, l’intérêt ouvert a atteint un nouveau record de 8,9 milliards de dollars au cours du week-end, et OKEx a mené avec 1,6 milliard de dollars d’intérêt ouvert. De même, les swaps perpétuels de la BTC ont vu leur prix de marché dépasser le prix de l’indice alors que les taux de financement atteignaient un nouveau sommet.

Selon OKEx Insight, des taux de financement excessifs indiquent une augmentation de l’effet de levier sur le marché, ce qui implique que les investisseurs particuliers qui négocient sur les bourses de cryptocourants ont tiré parti de leurs positions longues lorsque le prix de la BTC a atteint son nouveau record.

Citant les données du Chicago Mercantile Exchange, qui s’est terminé juste avant que la BTC ne dépasse les 20 000 dollars, OKEx a noté que les intérêts ouverts „ont constamment baissé au cours des trois dernières périodes de référence“, ce qui „continue de montrer que les investisseurs institutionnels prenaient des bénéfices, et qu’ils ont largement manqué le dernier rallye“.

Les positions longues des gestionnaires d’actifs, ajoute le rapport, ont chuté de 544 à 492 avant le rallye,

tandis que les positions courtes ont augmenté de 11 à 26. Les positions longues des fonds à effet de levier ont également diminué, passant de 4 365 à 3 946, tandis que les positions courtes sont passées de 9 354 à 8 702.

OKEx Insight écrit que la baisse de ces positions et l’augmentation des positions courtes indiquent que les gestionnaires d’actifs et les fonds à effet de levier „n’ont pas su anticiper la flambée des prix“ et ont mal jugé l’éclatement du marché à la hausse, croyant probablement que la résistance de 20 000 $ se maintiendrait.

Comme la date de règlement des contrats à terme et des options trimestriels approche, on s’attend à une plus grande volatilité sur le marché, car une grande quantité d’options arrivant à échéance pourrait voir le prix se rapprocher du point „Max Pain“, qui est le prix d’exercice des contrats d’achat et de vente les plus ouverts.

Le prix Max Pain, écrit OKEx, est d’environ 23 750 dollars, et un mouvement vers ce point „entraînerait une perte financière pour le plus grand nombre de détenteurs d’options à l’expiration.

L’argent liquide est toujours le meilleur choix de couverture, mais les paiements numériques gagnent la guerre – Bank Strategist

L’argent liquide n’a pas encore perdu son lustre, car le public mondial le considère toujours comme une couverture vitale en temps de crise, a déclaré un stratège de la Deutsche Bank – mais la pandémie de coronavirus a accéléré le rythme auquel les gens dans le monde entier détruisent l’argent liquide au profit de formes numériques de paiement.

Lors d’une session intitulée „L’avenir des paiements“, qui s’est tenue au sommet de la semaine de la chaîne de paiement à Paris et qui se termine aujourd’hui, Marion Laboure, une macro-spécialiste de la Deutsche Bank, a noté que les recherches des banques ont montré que la crise COVID-19 a accéléré l’adoption de formes de paiement sans contact. Elle a ajouté que cela était particulièrement vrai en Europe occidentale.

Mme Laboure a déclaré qu’il y a eu une „augmentation remarquable des paiements numériques“ ces derniers temps, et que le monde du commerce électronique a connu la „renaissance du consommateur de masse sur Internet“.

Cependant, en ce qui concerne les actifs, les trusts publics, les billets et les pièces sont rois, a noté le stratège, ajoutant que les grandes entreprises continuent à constituer des réserves de trésorerie.

Elle a ajouté que les grandes entreprises continuent à constituer des réserves de liquidités,

„Les gens retirent de l’argent liquide car c’est considéré comme un refuge, surtout en temps de crise.“

Mais même si les gens veulent instinctivement accumuler de l’argent liquide en période de difficultés économiques, ils semblent répugner à le dépenser.

M. Laboure a cité les chiffres d’une étude bancaire qui montre que l’Europe occidentale a connu une augmentation de 15 à 20 % des achats en ligne, les paiements numériques et en ligne ayant augmenté de 50 % dans des régions comme le Royaume-Uni, où des détaillants comme Amazon ont été presque incapables de faire face à la hausse de la demande.

Et l’expert de la Deutsche Bank a ajouté que la crise COVID-19 avait obligé la banque à revoir à la hausse ses prévisions de hausse des paiements numériques de 5 %.

Mme Laboure et Danelle Dixon, PDG et directrice exécutive de la Fondation Stellar Development, ont également affirmé que les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) pourraient contribuer à faire augmenter les taux d’adoption des paiements numériques, bien que la première ait déclaré qu’à son avis personnel, un euro numérique ne ferait pas surface en 2021.

Mme Laboure a affirmé que les faibles taux d’intérêt signifiaient qu’il y avait peu d’incitation à rationaliser un projet de CBDC dans l’UE, ajoutant qu’elle était convaincue,

„Si cela se produit, ce ne sera pas l’année prochaine.“

Mais tous les participants n’ont pas pensé que les CBDC étaient un projet valable.

Uldis Tēraudkalns, le PDG de Globitex, une entreprise lettone de fintech, a déclaré qu’il ne voyait „aucune valeur ajoutée par une CBDC en plus de ce que l’euro apporte actuellement“ car la différence entre les vitesses de transaction serait probablement relativement minime pour la plupart des utilisateurs – et des solutions comme Apple Pay et Google Pay ont déjà pratiquement éliminé le besoin de cartes dans certains domaines.

Il a ajouté,

„Avec tout ce qui est déjà en place, je ne vois pas ce que les CBDC apportent à la table et je suis plus préoccupé par leurs risques éventuels. […] Il y a beaucoup de freins et de contrepoids [intégrés dans le système actuel]. Il y a eu une surveillance accrue de la part des régulateurs, mais elle n’est pas encore absolue“.

Tēraudkalns a estimé qu’une „solution basée sur une chaîne de blocs contrôlée par une seule entité“, à savoir une banque centrale, ferait disparaître les „freins et contrepoids“ susmentionnés.

Au lieu de cela, il a suggéré que les pièces stables pourraient fournir une solution plus positive pour les gouvernements – si elles étaient réglementées avec succès.

Il a conclu,

„Les Stablecoins résoudraient le problème des paiements transfrontaliers. Les CBDC vont probablement fusionner avec les Stablecoins. Le système actuel fonctionne bien, mais, si vous n’aimez pas cela, il y a les bitcoin pro (BTC)“.

OCC boss Brian Brooks: „Nobody will ban Bitcoin“

The coming regulations will be less bad than feared, as OCC boss Brooks conciliatory means.

Brian Brooks, the head of the Office of the Comptroller of the Currency (OCC), claims that the regulators do not want to „kill“ Bitcoin ( BTC ), but rather want to ensure the smooth integration of the cryptocurrency into the financial system.

Accordingly, he said on the CNBC program Sqauwk Box yesterday, Friday :

“We are working very hard to get this right. We’re working hard not to kill them, but it’s just as important that we develop the networks behind Bitcoin Era review and other cryptocurrencies so that we can prevent money laundering and terrorist financing. “

The Office of the Comptroller of the Currency is the US supervisory authority for banking.

Brooks had made the corresponding statements in response to the question of whether Donald Trump might want to wave through regulatory provisions before the end of his term in office that could damage the crypto industry. Brian Armstrong, the head of the crypto company Coinbase, warned last month that strict regulation in the US could be very detrimental to the entire crypto industry after rumors about possible regulations.

Brooks, however, gives the all-clear and gives hope for conciliatory crypto regulation at the end of the Trump era:

“I think there will be a lot of good news for the crypto industry by the end of Trump’s term in office. Some of it has to do with banks and blockchain, others with more clarity about crypto-financial products. “

Although the regulator admits that there are certainly „dangers“ lurking for Bitcoin, he finally appeases:

“Nobody is going to ban Bitcoin. And nobody will ban these transaction technologies. „